BRUNEI ! QUOI ? BRUNEI…..

Par : ( Juilet 2016 )
À LA UNE
ÉVASION

Qu’est-ce que c’est ? Brunei est l’un des plus petits pays au monde, gouverné par l’un des hommes les plus riches du monde. Pendant près de vingt ans, le sultande Brunei a été l’homme le plus riche de la planète avant d’être détrôné par Bill Gates et Carlos Slim. L’un de ses fils, héritier du trône, sera possiblement le plus jeune au monde à gagner plus de 100 milliards de dollars, surpassant possiblement Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook. Vous imaginez, 100 fois 1 000 millions de dollars ; cent fois, mille millions.

Peut-on acheter le tracteur ? Refaire la salle de bain ? Changer de voiture ? S’acheter un jet privé ?  Pour ne nommer que quelques-unes des dépenses extravagantes de la famille royale, voici le comble de l’opulence. Le sultan habite l’un des plus grands palais jamais construits, équivalent à plus de quatre fois le Château de Versailles. Le palais du sultan compte ainsi 257 salles de bains, cinq piscines, un cinéma, une salle de bal pouvant accueillir 5 000 personnes, 18 ascenseurs… 

Le sultan possède aussi la plus grande collection de voitures au monde au nombre de 8 000. On y retrouve, entre autres, 600 Rolls Royce, 134 Koenigseggs, 11 McLaren F1, une Mercedes plaquée or, deux des trois Ferrari Mythos, une Toyota Tercelgrise, etc. Et encore, le sultan possède le plus luxueux Boeing 747-400 et de nombreuses maisons dans le monde.  

En 1996, à l’occasion de ses 50 ans, le sultan fit venir Michael Jackson pour 10 millions de dollars et s’est aussi offert une coupe de cheveux à 21 000 $. Alors, c’est dans ce riche pays que nous arrivâmes sous un soleil brûlant typiquement équatorial.

Lettre au Sultan

Oh mon Sultan, nous parcourûmes votre petit pays avec appétit ! Tout en nous agenouillant sur le pavé de marbre de votre mosquée au toit orné d’or, nous pensâmes à la beauté de votre bateau accosté au beau milieu de l’étendue d’eau verdâtre bordant votre lieu adulé. Certains voyageurs dirent pourtant que seule cette mosquée valut le détour en votre Brunei. Cependant, ils ne connurent pas la chance de voir vos trésors, de voir la richesse culturelle de vos nombreux villages sur pilotis. 

Suite à la visite d’un de ces villages,  nous décidâmes d’aller admirer votre Versailles. Difficile, vu les gardes, les clôtures, la rivière, le terrain de polo, les arbres cachant votre palais aux allures d’hôtel de Fort Lauderdale 1988, mais nous y avons vu votre dôme d’or. Également, nous partîmes un matin pour visiter le musée exposant les cadeaux des dignitaires que vous n’eussiez point le goût de garder dans votre palais. Nous comprîmes rapidement à voir le genre de « quétaineries » que vos amis d’Arabie vous donnèrent jadis : des palmiers ornés de diamants, des dromadaires de mauvais goût en pierres précieuses, etc. Alors, tant qu’à être dans le luxe, pourquoi ne pas aller voir de nos propres yeux votre dépense la plus folle : l’Empire ! Un lieu 7 étoiles, tel le 

Burj-al-Arab de Dubaï, mais le vôtre diffère par son utilité antérieure. Il fut construit pour accueillir vos amis, vos invités au coût de 1 100 000 000 $.

Colonnes gigantesques, planchers de marbre italien, bois incrusté de nacre, escaliers roulants plaqués or, piscines, lagon, cinéma, allées de bowling, boutiques, restaurants, pâtisserie, plage privée sur la mer de Chine… Oui, oui, mais ce que vous  ne savez guère, c’est que nous nous infiltrâmes dans votre luxueuse suite à 16 600 $ la nuit. Eh  oui ! Seuls les VIP ou dignitaires de vos pays amis peuvent y accéder tels que Bill et Hilary Clinton, le prince Charles, la princesse Béatrix et très prochainement monsieur Obama. 

Tout est de marbre, de bois aux rares essences, de lampe en lapis-lazulis, de lave-toilettes en or, de saunas, de spas, de bibelots en cristal de Baccarat, de pianos Fazoli à 500 000 $, de tissus colorés aux motifs princiers, de tapis de Nouvelle-Zélande brodés d’or, de votre piscine en marbre, riche de motifs grecs et entourée de murs peints de paysages luxuriants.  

Oh Sultan, merci de nous avoir permis d’y passer un moment privilégié. Non, nous ne sommes point des dignitaires canadiens, mais plutôt deux Québécois qui eurent l’audace de ce faire passer pour des journalistes ! 

Brunei ! Quoi ? Brunei…..